Actualités de la formation

 

Télécharger la plaquette

 

 

PrésentationContenus - Projets - Poursuites

 

 

 

La technique du « flou », qui se distingue de celle du « tailleur », désigne les méthodes de construction et de réalisation de vêtements souples et déstructurés (soie, synthétique, polyester, velours, mousseline, etc.). Cette catégorie regroupe les produits de type robes et ensembles, chemises et chemisiers, layette et vêtements d’enfant, vêtements d’intérieur, et tout vêtements réalisés dans une étoffe fine et souple.

Le titulaire du diplôme du CAP Métiers de la mode Vêtement Flou trouve des débouchés dans des entreprises très diversifiées (PMI, PME, entreprises artisanales, grandes entreprises), ayant une production :

  • Prêt-à-porter, moyen et haut de gamme.
  • Couture / Haute couture,
  • Productions artisanales

Le titulaire du CAP exerce ses compétences professionnelles en qualité d’opérateur de fabrication pour la réalisation de vêtements.

Il participe à :

  • décoder des données techniques relatives à un vêtement à réaliser,
  • préparer une phase de travail,
  • mettre en œuvre un ou plusieurs postes de fabrication (organisation du poste de piquage et / ou de finition…) à partir de consignes opératoires et contrôler les résultats obtenus,
  • fabriquer tout ou partie d’un vêtement,
  • vérifier la qualité de la réalisation à tous les stades de la fabrication

Il peut intervenir en maintenance de premier niveau sur le matériel qu’il utilise.

Il est capable de rendre compte de son travail et de renseigner des documents de suivi.

  • Profils

Le titulaire du CAP Métiers de la mode - Vêtement Flou possède les compétences nécessaires à la mise en œuvre des moyens de coupe, de fabrication, de finition et de mise en forme de vêtements.

Sa culture technique doit lui permettre :

  • d’appréhender la totalité des éléments constitutifs des vêtements à réaliser
  • de mettre en œuvre des procédés adaptés de fabrication et d'assemblage
  • de prendre en compte les contraintes associées aux exigences de qualité et de productivité.

Pour atteindre ces objectifs, il importe que le titulaire du CAP ait acquis les connaissances technologiques et les savoir-faire fondamentaux nécessaires à l'utilisation des équipements d'un plateau technique.

Il doit aussi être capable de communiquer et de travailler en équipe.

 

  • Qualités requises

Pour réussir dans sa formation, le candidat à cette formation doit présenter des qualités personnelles :

  • Une grande dextérité manuelle,
  • Bonne vue,
  • Patience,
  • Soin,
  • Aptitudes artistiques,
  • Goût pour la mode et talent commercial

 

  • Conditions d’admission et durée de la formation
  • Formation en 2 ans accessible après une 3ème générale de collège (8 places).

  • Dans la cadre de la formation continue, la formation peut accueillir également un ou deux adultes motivés par un projet professionnel, qui souhaitent obtenir une qualification professionnelle

Début de page

 

 

 

  Contenu de la formation  

 

La formation s’articule en trois parties :

 

Une grande partie d'enseignement professionnel
     
L'enseignement général adapté aux besoins de la formation
     
Des stages en entreprise pour une formation pratique

 

  • L'enseignement professionnel

Il apporte des connaissances professionnelles en les alliant à des réalisations pratiques.

Les éléves travaillent à raison de 13h d’atelier par semaine dans des ateliers équipés avec du matériel professionnel.

 Ils sont formés à :

  • La réalisation d'un patron (technique de la coupe à plat ou du moulage sur un mannequin) ;
  • La fabrication de différents modèles de robes, jupes, chemisiers, par exemple, à partir d'un patron et d'une pièce de tissu ;
  • L’étude des matériaux, de leur utilisation dans la fabrication d'articles et des différentes techniques d'entretien ;
  • La connaissance des différents points de base ;
  • L’ utilisation et entretien des machines automatisées ou non, programmables ou non (surjeteuse, surfileuse, machine à boutonnière, etc.) ;
  • La connaissance du matériel de coupe, de traçage et de repassage (fers, presses, tables chauffantes).
  • L’étude du vêtement féminin (histoire du costume, mode, matières).

 

  • L'enseignement général

Il s’articule autour de plusieurs matières et prend en compte les besoins spécifiques des élèves dans le cadre de l’accompagnement personnalisé et de la co-intervention

  • Les Disciplines générales : A la différence du collège, les enseignants du lycée professionnel ont une double compétence et peuvent enseigner deux disciplines et intervenir dans les dispositifs d’accompagnement

  • Français, Histoire-Géographie, Enseignement moral et civique

  • Mathématiques/ sciences

  • LV1 anglais

  • Prévention-Santé-Environnement

  • Education artistique

  • Education Physique et Sportive

  • L’accompagnement personnalisé :

A raison de 3 heures par semaine, il prend en compte les besoins spécifiques de chaque élève et apporte des réponses en matière de :

  • Consolidation des acquis en français, en mathématiques
  • Démarches pour les recherches de stage,
  • Méthodologies (lecture de consignes, …),
  • Préparation aux épreuves d’examen (accompagnement pour les dossiers, Simulation d’oral..)

 

  • Co-intervention

Elle donne lieu à des séances au cours desquelles un professeur d’enseignement général (mathématiques et français) et celui de l’enseignement professionnel interviennent ensemble devant les élèves. Elle donne ainsi une dimension concrète aux apprentissages et permet à l’élève d’acquérir une vision globale des enseignements qu’il reçoit et de faire du lien entre les différentes disciplines.

Ainsi par exemples, les élèves ont pu travailler sur des sujets comme :

  • La mode dans différentes cultures
  • Le calcul d’un coût de production d’un sac en mathématiques

 

  • Chef d'oeuvre

Innovation de la réforme sur la « transformation de la voie professionnelle », Le chef d’œuvre doit être une réalisation concrète dont l’élève se souviendra, un marqueur fort de sa scolarité en lycée professionnel.

Il est l’aboutissement d’un projet pluridisciplinaire construit, individuel ou collaboratif, qui vise à développer son inventivité et sa créativité.

Son caractère pluridisciplinaire mobilise l’enseignement professionnel de spécialité et une ou plusieurs disciplines d’enseignement général en fonction du chef d’œuvre travaillé.

Il s’intègre à la formation à partir de la classe de première à raison de 2h hebdomadaires et se finalise à la fin de la classe de terminale ;

Le chef-d’œuvre est un travail effectué seul ou en groupe. L'élève doit le présenter devant un jury d’examen en fin de terminale. S'il s'agit d’une réalisation concrète, l s’agit avant tout d’l’épreuve orale qui consiste à expliquer l’ensemble de la démarche, de la conception à la réalisation du projet.

 

Un exemple de ce que pourrait être un chef d’œuvre : La mode, inspiration d’hier et d’aujourd’hui » Projet de réalisation : expositions/photos, théâtralisation, mise en valeur des produits fabriqués

Les élèves réalisent leurs PFMP dans des entreprises artisanales ou industrielles mais ont une méconnaissance de la valorisation des produits qu’ils fabriquent dans les boutiques commerciales. L’idée serait de réaliser un magasin pédagogique avec une vitrine afin de proposer un travail ludique et concret sur la théâtralisation et la mise en valeur des produits des sections Mode et Cuirs . Cela pourrait aller jusqu’à la réalisation par exemple de mises en scènes éphémères, prises en photos.

Ce projet associe plusieurs disciplines : Mode, Cuir, Lettres histoire, arts appliqués, Economie et gestion . Ses objectifs seraient de

  • Développer des connaissances dans le domaine commercial
  • Acquérir des compétences pour valoriser l’offre par sa mise en scène et la communication
  • Mener ce projet professionnel en transversalité avec les arts appliqués pour développer un sens créatif et artistique
  • Faire s’exprimer les élèves à travers la photographie
  • Faire prendre confiance en soi …. et développer la cohésion de groupe
  • Associer l'enseignement des Lettres à la réalisation pour renforcer des compétences orales mobilisées au moment de la mise en valeur des vitrines éphémères

 

  • Formation en entreprise

Les stages se réalisent au sein des entreprises partenaires

A raison de :

  • 6 semaines en 1ère année :
  • 8 semaines en 2ème année

Les stages se déroulent dans au moins deux entreprises différentes du secteur de l'habillement.

L’objectif de ces périodes de formation en milieu professionnel (PFMP) est de permettent de

  • construire des compétences en situation professionnelle dans le milieu industriel ou artisanal
  • développer des compétences de communication au sein de l’entreprise d’accueil
  • découvrir différentes structures dans les champs professionnels de la formation
  • mettre en œuvre des pratiques professionnelles, de les analyser, pour enrichir la formation
  • s’adapter et contribuer au travail en équipe
  • mobiliser les savoirs acquis en centre de formation

Ces stages peuvent être effectués dans des structures comme :

  • entreprises industrielles parfois sous traitante des maisons de luxe
  • des entreprises artisanales

 

Début de page

 

 

 

  Projets pédagogiques  

 

« Avoir l’esprit ouvert n’est pas l’avoir béant à toutes les sottises » (Jean Rostand)

Durant la formation, des sorties pédagogiques et culturelles en rapport avec la formation sont régulièrement organisées.

 

Début de page

 

 

 

  Après la formation  

 

  • Insertion dans la vie active

Le titulaire du CAP Couture flou exerce essentiellement les métiers de tailleur(euse) et couturier(ière) .

La couturière effectue surtout des retouches : coudre des ourlets, changer une fermeture éclair, resserrer ou élargir des jupes, etc. Mais elle peut, comme le tailleur, réaliser des vêtements qui lui sont commandés.

Le titulaire du CAP Couture flou peut travailler dans l'industrie, dans des entreprises (PME) spécialisées dans le travail des tissus, dans des ateliers de retouche, dans des grands magasins et dans des entreprises artisanales.

Dans l'industrie, on fabrique les vêtements en série. L'activité des ouvriers est spécialisée dans l'exécution d'une tâche précise. Le travail est parcellisé et répétitif.

Dans l'artisanat, les tâches accomplies sont variées : accueil des clients, prise de mesures, patronnage, couture, repassage, etc. Le secteur artisanal emploie environ 6% du personnel travaillant dans la branche textile-habillement. Mais il souffre beaucoup de la concurrence industrielle. Les débouchés sont donc limités et la plupart des emplois se trouvent en région parisienne.

 

  • Poursuite d’étude

Le CAP Couture flou est conçu pour permettre une insertion directe dans la vie active.

Cependant, pour compléter sa formation, il est possible de préparer :

  • un autre CAP de la couture
  • une mention complémentaire (MC)
  • une Formation d’initiative locale (FCIL)

 

Avec de très bons résultats scolaires, il est possible d'accéder à un niveau de qualification plus élevé en préparant un bac pro dont le bac pro Métiers de la mode - champs vêtement (non prioritaire).

 

Les personnes souhaitant s'installer à leur compte peuvent envisager :

  • un BP Vêtement sur mesure. En apprentissage, il n'existe que 2 établissements
  • un BM Couturière ou un BM Tailleur option dames ou messieurs (renseignements auprès des chambres de métiers).

 

 

 

Début de page