Actualités de la formation

 

Télécharger la plaquette

 

Télécharger le dossier de candidature

 

 

PrésentationContenus - Projets - Poursuites

 

 

 

Le cordonnier bottier participe à la fabrication de chaussures et de bottes sur mesure.

Il réalise des chaussures à la main, souvent avec des matériaux de grande qualité. Son travail consiste à assembler des pièces grâce à diverses opérations de piquage, collage, rivetage, agrafage effectuées à la main.

Ce CAP forme des ouvriers qualifiés dans le montage et la finition de chaussures sur mesure, qui travaillent généralement dans l'artisanat ou dans des entreprises de fabrication d'articles haut de gamme. Ils peuvent aussi être employés dans des ateliers de réparation associés à une entreprise de ce type.

 

  • Profils

Il connaît les outils à main, les machines, le cuir (dont il sait travailler les qualités et défauts), les peaux, les tissus et autres produits utilisés dans la fabrication de chaussures.

Il connaît également l'anatomie du pied.

Enfin, il possède des notions de comptabilité (calcul des coûts, des prix de revient, du prix de vente).

 

  • Qualités requises
  • Intérêt pour le travail du cuir
  • Dextérité
  • Précision
  • Goût prononcé pour la relation client

 

  • Conditions d’admission et durée de la formation
  • Formation en 2 ans accessible après une 3ème générale de collège après étude d’un dossier de candidature (12 places ) et inscription via affelnet
  • Le dossier de candidature à télécharger doit être remis au secrétariat de scolarité du lycée avant le 1 juin 2021.
  • Sous réserve de la signature d’un contrat d’apprentissage, les élèves peuvent suivre ou poursuivre leur formation par apprentissage.
  • La formation peut accueillir également un ou deux adultes motivés par un projet professionnel qui souhaitent obtenir une qualification certifiante. (Dossier à retirer au CIO).
  • Pour toute information complémentaire, prendre contact avec le bureau du DDFPT.

 

 

Début de page

 

 

 

  Contenu de la formation  

 

La formation s’articule en trois parties :

 

Une grande partie d'enseignement professionnel
     
L'enseignement général adapté aux besoins de la formation
     
Des stages en entreprise pour une formation pratique

 

  • L’enseignement professionnel :

Il apporte des connaissances professionnelles en les alliant à des réalisations pratiques.

Les élèves travaillent à raison de 13h d’atelier par semaine dans des ateliers équipés avec du matériel professionnel

  • Logiciels professionnels de DAO et de CAO 
  • Coupe automatique 
  • Traceur Table à digitaliser 
  • Guides variés et pied presseurs spécifiques 

Ils apprennent à connaitre :

  • Les matériaux :
    • connaissances générales des cuirs, peausseries, tissus enduits, bois, caoutchoucs, colles, solvants, etc.
    • Les étapes de la transformation de la peau en cuir.
    • Les caractéristiques physico-mécaniques et chimiques. Procédés de réparation de la peau ;

  • Le produit et savoirs anatomiques :
    • identification des modèles et de leurs procédés de confection.
    • Connaissances générales du pied (les os et leur position, les principaux mouvements, répartition des charges) ;

  • Les techniques de confection et de réparation :
    • réalisation de gabarits.
    • Méthodes de préparation, de découpe, de montage, d'assemblage (collage, couture, clouage) et de finition ;

  • étude des matériels :
    • notion de système manuel et mécanique.
    • Notions d'organisation et fonctionnement des systèmes.
    • Caractéristiques des éléments (symboles et normes) ;

  • organisation de la confection et de la réparation :
    • définition du processus opératoire et organisation du poste de travail.
    • Maintenance du matériel (entretien préventif, anomalies et dysfonctionnements des matériels) ;

  • gestion :
    • structure et fonctions de l'entreprise.
    • Gestion des produits et des composants (gestion des stocks, inventaire, par exemple).
  • Gestion des coûts ;

  • qualité contrôle :

  • sécurité ergonomie.
  • L’enseignement général :

Il s’articule autour de plusieurs matières et prend en compte les besoins spécifiques des élèves dans le cadre de l’accompagnement personnalisé et de la co-intervention.

  • Les Disciplines générales :

L’enseignement général représente environ 1/3 du volume horaire de la formation et se réparti selon les disciplines suivantes :

  • 2h Français, Histoire-Géographie, Enseignement moral et civique
  • 1.5h Mathématiques/ sciences
  • 1.5h LV1 anglais
  • 1.5h Prévention-Santé-Environnement
  • 1h Education artistique
  • 2.5h Education Physique et Sportive

  • L’accompagnement personnalisé :

A raison de 3 heures par semaine, il prend en compte les besoins spécifiques de chaque élève et apporte des réponses en matière de :

  • Consolidation des acquis en français, en mathématiques
  • Démarches pour les recherches de stage,
  • Méthodologie (lecture de consignes, …),
  • Préparation aux épreuves d’examen (accompagnement pour les dossiers, simulation d’oral...)

  • La Co-intervention

Elle donne lieu à des séances au cours desquelles un professeur d’enseignement général (mathématiques et français) et celui de l’enseignement professionnel interviennent ensemble devant les élèves. Elle donne ainsi une dimension concrète aux apprentissages et permet à l’élève d’acquérir une vision globale des enseignements qu’il reçoit et de faire du lien entre les différentes disciplines.

Ainsi par exemples, les élèves ont pu travailler sur des sujets comme :

  • La forme de la chaussure dans différentes cultures
  • Rationalisation d’une pièce de cuir dans la confection d’une chaussure en mathématiques

  • Chef d’œuvre

Innovation de la réforme sur la « transformation de la voie professionnelle », le chef d’œuvre doit être une réalisation concrète dont l’élève se souviendra, un marqueur fort de sa scolarité en lycée professionnel.

Il est l’aboutissement d’un projet pluridisciplinaire construit, individuel ou collaboratif, qui vise à développer son inventivité et sa créativité.

Son caractère pluridisciplinaire mobilise l’enseignement professionnel de spécialité et une ou plusieurs disciplines d’enseignement général en fonction du chef d’œuvre travaillé.

Il s’intègre à la formation à partir de la classe de première à raison de 2h hebdomadaires et se finalise à la fin de la classe de terminale ;

Le chef-d’œuvre est un travail effectué seul ou en groupe. L'élève doit le présenter devant un jury d’examen en fin de terminale. S'il s'agit d’une réalisation concrète, l s’agit avant tout d’l’épreuve orale qui consiste à expliquer l’ensemble de la démarche, de la conception à la réalisation du projet.

 

Un exemple de ce que pourrait être un chef d’œuvre :

La chaussure à travers les âges…….

La mode, inspiration d’hier et d’aujourd’hui » Projet de réalisation : expositions/photos, théâtralisation, mise en valeur des produits fabriqués

Les élèves réalisent leurs PFMP dans des entreprises artisanales ou industrielles mais ont une méconnaissance de la valorisation des produits qu’ils fabriquent dans les boutiques commerciales. L’idée serait de réaliser un magasin pédagogique avec une vitrine afin de proposer un travail ludique et concret sur la théâtralisation et la mise en valeur des produits des sections Mode et Cuirs . Cela pourrait aller jusqu’à la réalisation par exemple de mises en scènes éphémères, prises en photos.

Ce projet associe plusieurs disciplines : Mode, Cuir, Lettres histoire, arts appliqués, Economie et gestion . Ses objectifs seraient de

  • Développer des connaissances dans le domaine commercial
  • Acquérir des compétences pour valoriser l’offre par sa mise en scène et la communication
  • Mener ce projet professionnel en transversalité avec les arts appliqués pour développer un sens créatif et artistique
  • Faire s’exprimer les élèves à travers la photographie
  • Faire prendre confiance en soi …. et développer la cohésion de groupe
  • Associer l'enseignement des Lettres à la réalisation pour renforcer des compétences orales mobilisées au moment de la mise en valeur des vitrines éphémères (argumentation

 

  • Formation en entreprise

Les stages se réalisent au sein des entreprises partenaires

A raison de 12 semaines :

  • 6 semaines en 1ère année
  • 6 semaines en 2ème année

L’objectif de ces périodes de formation en milieu professionnel (PFMP) est de permettent de:

  • construire des compétences en situation professionnelle dans le milieu industriel ou artisanal
  • développer des compétences de communication au sein de l’entreprise d’accueil
  • découvrir différentes structures dans les champs professionnels de la formation
  • mettre en œuvre des pratiques professionnelles, de les analyser, pour enrichir la formation
  • s’adapter et contribuer au travail en équipe
  • mobiliser les savoirs acquis en centre de formation

Ces stages peuvent être effectués dans des structures comme :

  • entreprises industrielles parfois sous traitante des maisons de luxe
  • des entreprises artisanales

 

Début de page

 

 

 

  Projets pédagogiques  

 

« Avoir l’esprit ouvert n’est pas l’avoir béant à toutes les sottises » (Jean Rostand)

Durant la formation, des sorties pédagogiques et culturelles en rapport avec la formation sont régulièrement organisées.

Dans le cadre de leur formation, en mars 2019, les élèves ont été accueillis par :

  • l’entreprise de fabrication de chaussures : « Répetto » à Saint Médard d’Exideuil

  

  • l’entreprise « Saphir » fabricant de produits d’entretien du cuir à Magnac la Valette

  

  • l’entreprise « JM Weston » : manufacture de fabrication de chaussures 

  

  • Visite de la tannerie « BASTIN » spécialiste en cuir à semelle.

Il n’existe plus en France que deux tanneries qui fabriquent ce type de cuir


 

 

 

Début de page

 

 

 

  Après la formation  

 

  • Insertion dans la vie active

Y a-t-il des débouchés pour tous ? oui, répondent les professionnels de la filière.

Les grandes marques de luxe portent le secteur.

Des sous-traitants cherchent de la main d'œuvre qualifiée

Les entreprises artisanales se développent

En dehors de la sellerie-maroquinerie, moteur de la filière, le travail du cuir offre aussi quelques autres débouchés dans des "métiers de niche". Il est alors conseillé de compléter la formation par un CAP.

  • Maroquinerie  
  • Cordonnier réparateur :
  • Podo-orthésiste 
  • Vêtement de peau

 

  • Poursuite d’étude

Ce diplôme a pour vocation l'insertion professionnelle, cependant, pour compléter sa formation, il est possible de préparer :

  • un autre CAP dans le champ d'application chaussure
  • une MC Piquage d'articles chaussants (attention : un seul établissement prépare cette formation);

Avec de très bons résultats, il est possible d'accéder à un niveau de qualification plus élevé en préparant :

  • un bac pro ;
  • un diplôme de technicien (DT).

Les personnes souhaitant s'installer à leur compte peuvent envisager un brevet de maîtrise Cordonnier bottier ou Cordonnier réparateur (renseignements auprès des chambres de métiers).

 

 

Début de page