Actualités de la formation

 

Télécharger la plaquette

 

 

PrésentationContenus - Projets - Poursuites

 

 

 

Le maroquinier doit être un technicien, capable de réaliser toutes sortes de produits (sac, portefeuille, ceinture, etc) en s’adaptant aux tendances de la mode. Il devra (entre autre) imaginer, innover, dessiner, choisir, couper, assembler, piquer, mettre au point, réaliser, tester, et produire (à l’unité ou en grande série) l’article correspondant aux critères de qualité des entreprises. Il lui faudra mélanger techniques modernes (machines automatisées...) et techniques artisanales (couture main…) pour continuer à conquérir de nouveaux marchés.

Le baccalauréat professionnel "Métiers du Cuir options Maroquinerie", aura pour débouché principal des postes de prototypistes au sein de bureaux d’études ou des méthodes. Le titulaire du diplôme assurera la réalisation des prototypes des produits ainsi que des petites séries.

Le diplômé pourra travailler dans différents types d’entreprises : luxe/moyen de gamme, entreprise ayant délocalisé la fabrication ou bien réalisant encore entièrement la fabrication dans les usines françaises de type TPE ou PME.

Les bons ouvriers maroquiniers sont toujours recherchés. On manque actuellement de techniciens garants des méthodes et des savoir-faire traditionnels du cuir, expérimentés, capables d’assurer le développement des entreprises et de conquérir les marchés.

 

  • Profils

Le prototypiste réalise la pièce qui servira au lancement de la production en série. Il doit, pour cela, tenir compte des indications données par le styliste ou le modéliste, des contraintes techniques ; Il doit donc :

  • Avoir une excellente connaissance des matières, qu’elles soient animales, végétales ou synthétiques (crocodile, vache, autruche, skaï, lin, alcantara, pvc, etc).
  • Savoir contrôler chacune des ses opérations de montage avant de passer à l’étape suivante pour maîtriser les coûts : les peaux travaillées représentent une valeur.
  • Maîtriser des opérations au savoir faire complexe :
    • pour acquérir tel tour de main : couture main ou couture machine parfaite
    • ou encore passer d’une peau plus ou moins souple ou épaisse à une autre, du cuir au synthétique (parfois dans le même produit).
  • Procéder au réglage des machines ou à la préparation des outils ce qui exige une bonne connaissance des machines et des matériaux.
  • S'assurer de la qualité des matériaux et définir le processus de coupe.
  • Contrôler la conformité esthétique, fonctionnelle et technique de la pièce réalisée.
  • Rédiger ou adapter les fiches techniques qui seront transmises au bureau des méthodes avant le lancement de la production.
  • Réaliser l'ensemble des gabarits avec un logiciel de CAO puis le montage du prototype.

  • Qualités requises

Pour réussir dans la formation, le candidat doit présenter certaines qualités personnelles :

  • soin, goût, créativité,

  • curiosité,

  • rigueur et goût du travail bien fait,

  • bonne condition physique: position debout fréquente et matières parfois dures à manipuler ou à couper,

  • bonne coordination des gestes,

  • bonne acuité visuelle et tactile,

  • bonne capacité d’analyse.

 

  • Conditions d’admission et durée de la formation
  • Formation en 3 ans accessible après une 3ème générale de collège (12 places)

  • Les élèves présentent en fin de 1ère, les épreuves de certification du BEP Métiers du cuir

  • Sous réserve de places disponibles et d’une réelle motivation,  les élèves de seconde générale ou technologique peuvent intégrer la classe de 1ère après positionnement dans le cadre d’un projet « passerelle ».

  • Sous réserve de la signature d’un contrat d’apprentissage, les élèves ayant réalisé leur classe de seconde, peuvent poursuivre leur formation en première et terminale par apprentissage.

 

Début de page

 

 

 

  Contenu de la formation  

 

La formation s’articule en trois parties :

 

Une grande partie d'enseignement professionnel
     
L'enseignement général adapté aux besoins de la formation
     
Des stages en entreprise pour une formation pratique

 

 

  • L’enseignement professionnel

Il apporte des connaissances professionnelles en les alliant à des réalisations pratiques.

Les élèves travaillent à raison de 13h d’atelier par semaine dans des ateliers équipés de matériels professionnels

  • Refendeuses
  • Logiciels professionnels de DAO et de CAO 
  • Coupe automatique 
  • Traceur Table à digitaliser 
  • Guides variés et pied presseurs spécifiques 
  • Thermo colleuse

Ils apprennent à :

  • Exploiter les données de la conception (prototypage) :
    • participer à l’analyse de la relation « produit-matériaux-procédés » pour tous les éléments du modèle
    • réaliser et/ou exploiter des gabarits 
    • réaliser le prototype d’un modèle
    • évaluer la conformité esthétique, fonctionnelle et technique du prototype par rapport au modèle original, en collaboration avec le modéliste et le styliste
    • valider le choix d’un procédé de réalisation du modèle sous contrôle du modéliste

  • Industrialisation, coupe, préparation :
    • s’assurer de la qualité des matériaux
    • définir le processus de coupe et de préparation
    • concevoir et valider le placement optimal des éléments suivant la définition du cahier des charges

  • Réaliser le processus de fabrication pour mettre au point le produit :
    • exécuter une petite série
    • contrôler l’application des paramètres et des critères de qualité définis au poste de travail
    • contrôler la qualité des produits finis au regard du cahier des charges
    • participer à l’élaboration du dossier d’industrialisation en collaboration avec le technicien méthode
    • assurer une évaluation permanente de ses activités à son poste de travail
  • L’enseignement général

Il s’articule autour de plusieurs matières et prend en compte les besoins spécifiques des élèves dans le cadre de l’accompagnement personnalisé et de la co-intervention

  • Les Disciplines générales :

L’enseignement général représente environ 1/3 du volume horaire de la formation et se réparti selon les disciplines suivantes :

  • 3,5h Français, Histoire-Géographie, Enseignement moral et civique
  • 3h Mathématiques/ Sciences
  • 2h LV1 anglais
  • 1h Économie et Gestion
  • 1h Prévention-Santé-Environnement
  • 1h Education artistique
  • 1,5h Education Physique et Sportive

  • L’accompagnement personnalisé :

A raison de 3 heures par semaine, il prend en compte les besoins spécifiques de chaque élève t apporte des réponses en matière de :

  • Consolidation des acquis en français, en mathématiques
  • Démarches pour les recherches de stage,
  • Méthodologie (lecture de consignes, …),
  • Préparation à l’orientation (intervenants extérieurs, d’anciens élèves…)
  • Préparation aux épreuves d’examen (accompagnement pour les dossiers, Simulation d’oral...)

  • La Co-intervention

Elle donne lieu à des séances au cours desquelles un professeur d’enseignement général (mathématiques et français) et celui de l’enseignement professionnel interviennent ensemble devant les élèves. Elle donne ainsi une dimension concrète aux apprentissages et permet à l’élève d’acquérir une vision globale des enseignements qu’il reçoit et de faire du lien entre les différentes disciplines.

Ainsi par exemples, les élèves ont pu travailler sur des sujets comme :

  • L’éthimologie et l’origine de la maroquinerie en lettres histoire
  • Le calcul d’un coût de production d’un sac en mathématiques

  • Accompagnement personnalisé (AP)

A raison de 3 heures par semaine, il prend en compte les besoins spécifiques de chaque élève et apporte des réponses en matière de :

  • Consolidation des acquis en français, en mathématiques /sciences physiques ;
  • Démarches pour les recherches de stage ;
  • Méthodologie (lecture de consignes, …) ;
  • Préparation à l’orientation (intervenants extérieurs, d’anciens élèves…) ;
  • Préparation aux épreuves d’examen (accompagnement pour les dossiers, Simulation d’oral…).

 

  • Formation en entreprise

Les stages se réalisent au sein des entreprises partenaires

A raison de :

  • 6 semaines en classe de seconde 2 x 3 semaines
  • 8 semaines en première : 2 x 4 semaines
  • 8 semaines en terminale : 4 semaines en Entreprise et 4 semaines de projet.

L’objectif de ces périodes de formation en milieu professionnel (PFMP) est de:

  • construire des compétences en situation professionnelle dans le milieu industriel ou artisanal
  • développer des compétences de communication au sein de l’entreprise d’accueil
  • découvrir différentes structures dans les champs professionnels de la formation
  • mettre en œuvre des pratiques professionnelles, de les analyser, pour enrichir la formation
  • s’adapter et contribuer au travail en équipe
  • mobiliser les savoirs acquis en centre de formation

Ces stages peuvent être effectués dans des structures comme :

  • entreprises industrielles parfois sous traitantes des maisons de luxe
  • des entreprises artisanales

 

  • Chef d'oeuvre

Innovation de la réforme sur la « transformation de la voie professionnelle », le chef d’œuvre doit être une réalisation concrète dont l’élève se souviendra, un marqueur fort de sa scolarité en lycée professionnel.

Il est l’aboutissement d’un projet pluridisciplinaire construit, individuel ou collaboratif, qui vise à développer son inventivité et sa créativité.

Son caractère pluridisciplinaire mobilise l’enseignement professionnel de spécialité et une ou plusieurs disciplines d’enseignement général en fonction du chef d’œuvre travaillé.

Il s’intègre à la formation à partir de la classe de première à raison de 2h hebdomadaires et se finalise à la fin de la classe de terminale ;

Le chef-d’œuvre est un travail effectué seul ou en groupe. L'élève doit le présenter devant un jury d’examen en fin de terminale. S'il s'agit d’une réalisation concrète, il s’agit avant tout d’une épreuve orale qui consiste à expliquer l’ensemble de la démarche, de la conception à la réalisation du projet.

Un exemple de ce que pourrait être un chef d’œuvre : La mode, inspiration d’hier et d’aujourd’hui » Projet de réalisation : expositions/photos, théâtralisation, mise en valeur des produits fabriqués.

Les élèves réalisent leurs PFMP dans des entreprises artisanales ou industrielles mais ont une méconnaissance de la valorisation des produits qu’ils fabriquent dans les boutiques commerciales. L’idée serait de réaliser un magasin pédagogique avec une vitrine afin de proposer un travail ludique et concret sur la théâtralisation et la mise en valeur des produits des sections Mode et Cuirs . Cela pourrait aller jusqu’à la réalisation par exemple de mises en scènes éphémères, prises en photos.

Ce projet associe plusieurs disciplines : Mode, Cuir, Lettres histoire, arts appliqués, Economie et gestion.

Ses objectifs seraient de :

  • Développer des connaissances dans le domaine commercial
  • Acquérir des compétences pour valoriser l’offre par sa mise en scène et la communication
  • Mener ce projet professionnel en transversalité avec les arts appliqués pour développer un sens créatif et artistique
  • Faire s’exprimer les élèves à travers la photographie
  • Faire prendre confiance en soi et développer la cohésion de groupe
  • Associer l'enseignement des Lettres à la réalisation pour renforcer des compétences orales mobilisées au moment de la mise en valeur des vitrines éphémères (argumentations).

 

 

 

Début de page

 

 

 

  Projets pédagogiques  

 

« Avoir l’esprit ouvert n’est pas l’avoir béant à toutes les sottises » (Jean Rostand)

Durant la formation, des sorties pédagogiques et culturelles en rapport avec la formation sont régulièrement organisées :

 

 

  • Séjour à Amsterdam mai 2019

Coté professionnel, la visite du musée du sac à main qui retrace son origine au travers des différentes époques fut très intéressante. « Nous avons d’ailleurs eu le plaisir de rencontrer la directrice du musée qui a offert un livre à chaque élève ». D’un point de vue historique, la visite de la maison d’Anne Franck qui raconte la mémoire d’une famille durant la seconde guerre mondiale a été émouvante. Enfin, les élèves ont partagé quelques discussions en Anglais avec la population locale.

 

 

 

 

  • Salon PremièreVision à Paris en septembre 2019

Dans le cadre de leur scolarité et du projet de fin d'année de Terminale Bac Professionnel MODE et MAROQUINERIE, les élèves ont participé au salon PremièreVision mode et tendance à Paris. Elles ont visité l’exposition des nouveaux textiles permettant aux designers de mode de créer les nouvelles tendances. Ce salon d’envergure international présente les nouveaux textiles et cuirs, imprimés, accessoires de mode pour les entreprises de confection françaises et étrangères.

 

 

 

 

 

 

 

  • Rencontres du cinéma des Métiers d’Arts à Nontron octobre 2019.

Les élèves ont exploré le Musée de l’Artisanat sur le thème du fantastique inspiré de la série « Game of Thrones ».

 

En fin de matinée, ils sont allés au cinéma pour échanger avec :

  • Chloé Aubry (Assistante costume et designer de la série Game of Thrones, Harry Potter)
  • et Philippe Cabrie (assistant décorateur et décorateur sur les films comme Jeanne d’Arc, Game of Thrones)

  

 

« La conférence avec les deux professionnels m’a appris que la fabrication des costumes n’est pas si simple, il faut énormément de temps et de patience et beaucoup de recherches. » dit Océane.

 

Début de page

 

 

 

  Après la formation  

 

  • Insertion dans la vie active

Y a-t-il des débouchés pour tous ? oui, répondent les professionnels de la filière.

Les grandes marques de luxe portent le secteur.

Des sous-traitants cherchent de la main d'œuvre qualifiée

Les entreprises artisanales se développent

En dehors de la sellerie-maroquinerie, moteur de la filière, le travail du cuir offre aussi quelques autres débouchés dans des "métiers de niche". Il est alors conseillé de compléter la formation par un CAP.

  • Bottier
  • Cordonnier réparateur :
  • Podo-orthésiste
  • Gantier
  • la bagagerie technique

 

  • Poursuite d’études

Après le bac pro, il est possible de poursuivre ses études pour élargir ses compétences et ses possibilités d'évolution dans le milieu de la mode :

  • BTS Métiers de la mode 
    • option : Chaussures et maroquinerie
    • option : vêtement
  • BTS Design mode Textile & Environnement
  • Licence professionnelle Design de mode 
  • Mention complémentaire 
  • Formation complémentaire d'initiative locale "Cuir Maroquinerie et sellerie de luxe"

Et puis, comme toutes les industries, celle du cuir a aussi ses commerciaux, ses acheteurs, ses techniciens supérieurs et ses ingénieurs, notamment pour veiller sur les procédés de fabrication et la qualité. Une école d'ingénieurs chimistes, l'ITECH, forme à toutes les techniques cuirs et peaux.

 

Début de page