Contrairement à ce qu'a écrit le journal la Charente libre dans son édition du 1er avril , aucun coup de couteau n' a été donné au lycée.

Le proviseur a exigé de la Charente libre un démenti qui a paru dans l'édition du 3 avril.

Devant l'émoi provoqué par cet événement, le proviseur s'est adressé par écrit à deux reprises à toute la communauté éducative. Vous trouverez les messages au bas de cet article.

Face à cette stigmatisation de la cité scolaire , le proviseur a lancé une opération: DISONS DU BIEN de notre lycée.

Et il y a plein de choses à dire ou à écrire même si tout n'est pas parfait...

Alors, faisons fonctionner le bouche à oreille et utilisons à bon escient les réseaux sociaux...

 

Marc Perrier
Proviseur de la cité scolaire VALOIS/ROSTAND

 

 

Message du 1/04/2019:

 

Mesdames, messieurs,

J'ai pris connaissance avec stupéfaction de l'article de la Charente libre ce jour ( 1er avril) concernant une rixe qui s'est déroulée aux abords du lycée le vendredi 22 mars.

Je dois d'abord vous informer que je n'étais pas au courant des faits. Considérant que ce règlement de comptes n'avait pas de lien avec la vie de la cité scolaire, la police ne m'a pas prévenu.

En revanche, la presse a vu un lien très direct puisqu'elle titre en page 5 " des coups de couteau au lycée" avec, en plus, une photographie de l'entrée de l'établissement. Je considère cette présentation comme diffamatoire -car elle laisse entendre que les faits se sont déroulés à l'intérieur du lycée - et en ai rendu compte à ma hiérarchie. 

Les faits que j'ai pu reconstitués à postériori sont les suivants:

A 100 mètres de l'entrée du lycée dans une rue transversale a bien lieu une rixe le vendredi 22 mars. La victime est un élève scolarisé au  LP de Ruelle et non au LP Jean Rostand ( c'est donc une première erreur du journaliste). Les coupables ont été identifiés. Trois sont écroués. Je précise ( ce qui est un oubli du journaliste) que ce sont deux élèves scolarisés au LP Jean Rostand et extérieurs à la rixe qui ont conduit la victime à l'hôpital de Girac. Le journaliste interroge ensuite une voisine qui s'exaspère des " violences, des insultes, des trafics et c'est régulier". Ce qui autorise ce journaliste à préciser qu'il s'agit " d'un épisode violent de plus autour du collège et de la cité scolaire". C'est la deuxième erreur du journaliste car même si les abords immédiats du lycée ne sont pas d'un calme absolu, ils ne sont pas du tout cette zone- presque de non droit- décrite par ce journaliste. Si le journaliste avait eu l'idée ou le temps de m'interroger, je lui aurais dit précisé que:

   - les abords immédiats du lycée font l'objet d'une surveillance permanente par les personnels de l'établissement: les agents de l'accueil, les surveillants, les CPE et la direction.

   - Cette vigilance ,accrue depuis deux ans, a fait baisser considérablement l'insécurité dans cet espace. Par ailleurs, un nombre significatif d'incidents ont été rapidement stoppé grâce à l'intervention des personnels de l'établissement ( mais cela personne n'en parle...)

  - La communauté éducative dans son ensemble met en place de nombreux projets liés à la citoyenneté et à la promotion des valeurs de notre République.

En revanche, je constate que le lycée est au coeur d'un quartier qui connaît des problèmes d'insécurité. Mais cela ne doit autoriser aucun amalgame: les élèves sont en sécurité dans le lycée et à ses abords immédiats.

    Pour conclure, j'aimerai vous dire à tous que je suis fier d'être proviseur d'une cité scolaire dans laquelle les élèves vivent et travaillent dans de très bonnes conditions. Bien sûr, tout n'est pas parfait au sein de cette petite ville de 2200 personnes, mais le fort engagement - que je salue- de tous les personnels ( enseignants et non enseignants) permet de maintenir un climat scolaire de qualité. Les élèves y réussissent bien et participent à de nombreux projets citoyens. L'ouverture culturelle et internationale ( par de nombreux voyages) y est très riche.

   

   Je profite de ce mail pour rappeler que l'axe principal du projet de la cité scolaire est l'amélioration de son image.

   Tous les personnels y travaillent avec détermination. Les motifs avancés de ce déficit d'attractivité sont injustes, blessant les personnels qui sont tous très attachés à leur lycée. Je déplore que cet article truffé d'inexactitudes participe à la stigmatisation de deux établissements scolaires - qui au même titre que tous les autres- restent des piliers de notre République.

  Ensemble, fiers des réussites de nos élèves, nous continuerons à exercer nos missions de service public et de service au public.

Bien cordialement à tous

​Le proviseur

​Marc PERRIER

 

Message du 3/04/2019:

 

Mesdames, Messieurs les membres de la communauté éducative ( adultes et élèves)

J'observe avec satisfaction que, dans son article de ce jour mercredi 3 avril, la Charente libre corrige sa principale erreur: les coups n'ont pas été portés au lycée. Si cette rectification n'avait pas été faite, j'aurais porté plainte pour diffamation. Pour le reste, je ne m'attendais pas à ce que ce journal fasse de la publicité pour la cité scolaire donc je n'ai pas été déçu...

Je vous confirme la très grande vigilance de tous les personnels tant à l'intérieur qu'aux abords immédiats du lycée. Face à la violence de quelques jeunes et le poison qu'est l'utilisation malveillante des réseaux sociaux, nous continuerons avec détermination à garder le cap.

Le lycée Marguerite de Valois s'est lancé dans un grand défi: celui de l'attractivité. S'appuyant sur un corps administratif, éducatif et professoral de grande qualité, le lycée présente pour la rentrée 2019 une offre très riche de spécialités et d'options. En quantité, c'est le lycée de l'académie qui en propose le plus.Aux côtés des enseignements traditionnels , nous consolidons et renforçons nos pôles sportifs et artistiques. La section européenne anglais est confortée avec la perspective d'une plus grande ouverture internationale. L'enseignement de l'italien,un temps menacé, va se poursuivre.Les langues anciennes  sont proposées en spécialité pour le grec et en options pour le latin et le grec. Les options théâtre et EPS vont continuer à ravir nos élèves. Une nouvelle option ( droit et grands enjeux du monde contemporain) va être créée en terminale. Et la cerise sur le gâteau: l'ouverture en septembre 2019 au niveau seconde de la section binationale BACHIBAC ( obtention du bac français et du bac espagnol). Seuls 80 lycées en France ( dont 2 dans notre académie) proposent cette filière d'excellence. Sur le plan de l'hébergement et de la restauration, notre cité scolaire est connue pour la qualité de ses prestations. Nous veillerons à ce que cette bonne réputation perdure. Quant aux travaux programmés, le gymnase B va être totalement rénové avec la création d'un pôle paramédical et d'une salle de musculation digne de ce nom. L'accès à la cité scolaire par le parking de Lunesse va être sécurisé par la région Nouvelle-Aquitaine. Un stade synthétique va être créé à l'emplacement de l'ancien Leclerc. La mairie d'Angoulême nous a annoncé la livraison pour janvier 2020.

Le lycée Jean Rostand a récemment étoffé son offre de formation en proposant deux CAP débouchant sur un emploi assuré: le CAP sécurité et le CAP cordonnier-bottier. A ma demande, le bac professionnel SPVL ( service de proximité vie locale) sera accessible sur dossier pour sélectionner les élèves vraiment motivés. Les autres formations ( gestion administration, services à la personne, mode, maroquinerie) poursuivent leur rénovation dans le cadre de la transformation de la voie professionnelle. La formation complémentaire secrétariat-médical est pérennisée grâce à son inscription sur Parcours Sup 2019.

Par ailleurs, sur les deux lycées, les projets citoyens, d'ouverture culturelle et les voyages scolaires sont nombreux et de qualité grâce à l'investissement remarquable de tous et notamment des enseignants.

Enfin, je tiens à terminer en soulignant l'attitude agréable et positive de la très grande majorité des élèves des deux lycées. Elle est silencieuse, ne se fait pas remarquer donc ne fait pas la une des journaux . Mais elle est là , bien présente, et fait la satisfaction et souvent le bonheur de tous les personnels. Merci donc à vous les élèves!

Je remercie bien sincèrement les collègues et les parents qui ont adressé un message de soutien. Certains parents ont même précisé qu'ils feront de la publicité pour le lycée à l'attention des élèves de troisième...

Pour conclure, j'aimerai lancer un appel. Faisons connaître autour de nous que nous aimons notre lycée et que nous y vivons et travaillons bien ( même si tout n'est pas parfait). Nous sommes les mieux placés pour DIRE DU BIEN DE NOTRE LYCEE.  Alors, utilisons le bon vieux moyen du bouche à oreille et celui , plus moderne, des réseaux sociaux.

OPERATION: DISONS DU BIEN DE NOTRE LYCEE

Je suis et reste à votre disposition.

Le proviseur

​Marc PERRIER